Isabelle Palenc, en toute liberté

On ne naît pas peintre ou sculpteur, on le devient. Isabelle Palenc le sait bien, qui a su prendre le temps de l’apprentissage, du voyage et de la découverte, pour arpenter la longue histoire de l’art, posant ses jalons avant de trouver son propre itinéraire créatif. Puis le temps est venu,…pour mettre au monde et offrir à nos regards ses premiers tableaux et sculptures. Avec quel lyrisme et quelle énergie, à la mesure de l’univers intérieur de l’artiste, enfin aguerrie et délivrée, prête à donner libre cours à ses visions.

Chacune de ses œuvres picturales, où se lit la trace plus ou moins sombre et élancée de l’expressionnisme abstrait, met en lumière le point aveugle d’une interaction, voire d’une tension, contradictoire ou antagonique, entre l’homme et l’environnement, la femme et l’histoire, le dedans et le dehors. Ses sculptures, de ferraille rouillée ou de tôle accidentée, qu’elle qualifie fort justement de « détournement d’objets », participent tout autant à sa quête angoissée mais confiante. A cet égard, toute l’œuvre d’Isabelle Palenc pourrait être placée sous l’emblème d’une de ses sculptures : une femme afghane, enfermée dans son habit traditionnel, ici fait de tôle, trouve une issue à son cri de révolte, grâce à une déchirure faite dans l’armature.

Un don de liberté, certes fragile et fugace, mais que chaque artiste, dont Isabelle Palenc, instille en toutes choses comme un fluide secret.

Site réalisé par Vader[FR]